Kogi #3

kogi5

Poursuite du chantier Kogi… Un tissage inextricable de planches qui rendent encore la forme illisible… Il manque quelque coups de gomme pour qu’elle apparaisse…

 

Kogi #2

Kogi3

Kogi4

Le chantier de Kogi continue à Riorges… La météo n’est pas terrible mais la forme commence à sortir de terre… Quelle forme? Un scarabée!…

Kogi #1

Kogi1

Kogi2

Aujourd’hui début de la construction de l’oeuvre Kogi dans le parc de Beaulieu à Riorges dans le cadre de la manifestation A ciel ouvert. Equipe au complet pour deux semaines de chantier: après Bernard Gerest et Jérome Combes qui m’ont aidé à la préparation, Samuel Molle et Thomas Trichot vont m’épauler dans cette entreprise un peu folle…

Bien vieillir ou succomber

ours 2016

patate effondree

« La danse des ours », gravure à la tronçonneuse que j’ai faite il y a 4 ans et sur laquelle veillent jalousement les amis Catherine et Christian, résiste vaillamment aux assauts du temps sur les hauteurs d’Accons dans l’Ardêche, alors que ma « Patate cosmique » réalisée en juillet dernier, s’est effondrée sous le poids de la neige dans la vallée de Crévoux (Hautes Alpes) cet hiver. Elle ressemble désormais plus à une vieille godasse ou à quelque dépouille de mammifère archaïque. Une matière à méditer en tout cas sur la marche inexorable des heures, la puissance des éléments, l’inégalité devant la mort et aussi, mais en moins métaphysique, sur les déchets de l’art éphémère dans l’environnement!… Pas très à l’aise avec ça, Gravomane…

Paroles de chamanes

son kogi

Hier nous avons enregistré des paroles de chamanes Kogi (Marion Cros derrière le micro et André Nerman, comédien, devant). Ces paroles, poétiques, prophétiques, philosophiques… Feront partie de l’oeuvre du même nom, « KOGI », que j’installerai prochainement à Riorges près de Roanne.

La carotte est cuite

carotte brule

Dans la nuit du 19 au 20 avril des lapins vraiment crétins ont mis le feu à la carotte géante que j’avais construite dans le bois des sources à Saulx les Chartreux dans le cadre du festival « Jeunes pousses ». Pompiers à minuit pour éteindre le brasier qui menaçait la forêt alentour. Gendarmes pour constater les faits et rechercher des indices. Au total, beaucoup de tristesse et de désenchantement sur la capacité de respect de nos congénères…

 

Carotte galactique #5

carotte 6

carotte 5

La Carotte galactique est terminée. Vous pourrez la voir, embarquer et partir pour un long voyage immobile dans le bois des sources à Saulx les Chartreux. Déjà les nombreux visiteurs du Festival des Jeunes pousses ont vécu l’inoubliable expérience!

Mes remerciements renouvelés à Leroy Industries pour m’avoir fourni la matière première (bois déroulé de peuplier)

Carotte galactique #4

carotte 4

Le chantier de la carotte galactique à Saulx les Chartreux avance à grands pas, malgré la pluie et la boue… L’engin sera terminé demain. Juste à temps pour le festival Jeunes pousses qui durera tout le week end: spectacles, clowneries, installations, musique dans le parc de la Jonchère et tout autour. La carotte elle, restera en place plus longtemps, alors si vous n’avez pas le temps de lui rendre visite ce WE, vous aurez droit à une session de rattrapage…

Carotte galactique #1

carotte1

Aujourd’hui début de la construction de la « Carotte galactique » dans le bois des sources à Saulx les Chartreux au sud de Paris. Elle mseure 15m de long, elle vient de l’espace et embarquera des passagers intergalactiques très bientot… Elle est installée dans le cadre du festival « jeunes pousses » (théatre cirque, musique) qui se tiendra les 16 et 17 avril… A vos agendas et si vous êtes dans le coin, soyez les bienvenus

Le plein

déroulé16

L’entreprise Leroy Industrie continue à me soutenir dans la création de mes oeuvres en bois de plaquage. Aujourd’hui, je suis allé faire « le plein » de matière première dans l’usine de Magenta près d’Epernay. L’accueil est toujours chaleureux et la confiance des responsables de l’usine et du président du groupe, est totale pour m’aider dans la réalisation de mes projets. C’est rare et précieux! Une fois le fourgon rempli, j’ai de quoi produire les trois prochaines pièces, prévues d’ici la fin de l’été.

La Case Rouge

René Belbenoit fut l’un des rares rescapés du bagne de Guyane à livrer un témoignage détaillé sur les conditions inhumaines de détention dans l’enfer pénitentiaire de la République. Son livre publié en 1938 à Los Angeles sous le titre « Dry guillotine » a été réédité à La manufacture des livres en 2012. Il décrit ainsi la Case Rouge, l’un des plus sinistres baraquements de l’île Royale où étaient enfermés les « incos », les bagnards déclarés incorrigibles.

… Les cabinets du second peloton sont situés à l’extrémité du baraquement auquel les relie un étroit couloir long d’environ deux mètres. Il n’y a pas d’endroit au monde où, sur un espace aussi réduit, le sang ait coulé plus généreusement et où il y ait eu plus de meurtres. C’est là qu’on règle ses comptes, qu’on se venge, qu’on laisse éclater sa jalousie. C’est là qu’on dépouille un homme de son argent après l’avoir attaqué par surprise. Combien de fois durant mon séjour à la Case Rouge ai je été réveillé par un cri, combien de fois ai je entendu des gémissements de blessé se transformer en râles d’agonisant! Il arrive qu’une victime s’en échappe et vienne s’abattre entre les hamacs à la lueur falote de la lampe règlementaire. Personne ne se dresse contre l’agresseur. C’est la règle chez les forçats. Mais dans le noir on voit luire les yeux des amis de la victime qui déjà projettent de le venger. Lorsque, armés de lanternes et de revolvers, les gardes et les porte clefs s’engouffrent dans le baraquement, ils savent tout de suite où aller chercher le mort ou le blessé. Souvent en me rendant aux cabinets à une heure avancée de la nuit, j’ai trébuché sur un corps immobile et j’ai dû essuyer mes pieds nus tachés de sang visqueux, aux murs du corridor…

belbenoit

Atelier Kogi

atelier kogi

Hier, début de la construction en atelier de la future tête Kogi en compagnie de l’ami Bernard Gerest. Nous allons construire sept portiques sur le modèle de la photo ci dessous, sur lesquels nous allons cintrer des couches de planches fines. On commence à percevoir les courbes du visage et la taille de l’oeuvre…

atelier kogi2

1/20

maquette kogi

Maquette en carton au 20ème pour la construction d’une tête Kogi en bois dans le cadre de la manifestation « A ciel ouvert » à Riorges, dans la Loire, au mois de mai. L’installation mesurera 12m de long, 7m de large et 4 de haut. La maquette me permet de préparer la construction en atelier de tous les éléments de structure qui seront assemblés sur place.

Falloujah

falloujah

Etude pour une pochette de disque… Extrait des paroles du morceau titre « Falloujah »:

Balles sifflantes, têtes sanglantes
Dans ce massacre des innocents
Un sacrifice et un combat
Le nihilisme devient loi
Faucher la paix dans une guerre sainte
Tempête de sang sur des enfants
Quelle croyance te fait soldat ?
Dis moi pour quel résultat ?

Fallait pas y aller !
Fallait pas y aller !
Fallait pas y aller !
Fallait pas y aller !


Fallait pas y aller
La force a provoqué
La colère des cités
La rage des illettrés

Navet sidéral

navet sid

Nouveau projet en passe d’être réalisé. Un navet géant dans lequel on pourra entrer et imaginer vivre un voyage spatial. Il appartient à une série intitulée « Soupe primitive » et fait référence à la notion développée par les astrophysiciens pour désigner la matière indifférenciée de l’univers une microseconde après le Big bang. Le projet est de construire, à terme, cinq à six œuvres dans des lieux différents faisant chacune référence à la fois à l’immensité du cosmos et à la trivialité des légumes dont on fait la soupe.  La première des œuvres de cette série, intitulée « Patate Cosmique » a été installée au mois de juillet 2015 dans la vallée de Crévoux dans les Hautes Alpes à l’occasion de la manifestation « Parcours des fées ».

Patate glacée

patate glacee2

patate glacee

Erik Lorré, l’organisateur de la manifestation « Parcours des fées » a pris son courage à deux mains dès la chute des premières neiges dans la vallée de Crévoux (Hautes Alpes), chaussé ses skis et emporté son appareil photo pour garder une trace des oeuvres installées le long du sentier. Ici la « Patate cosmique » que j’ai construite en juillet. Elle semble bien résister aux assauts du temps et prend une dimension nouvelle sous le blanc manteau ô ô! Merci Erik! Et rentre vite te réchauffer à Champrond!

Caillebotte

Une très chouette vidéo sur « Les rameurs » de Caillebotte glanée sur le site de Canopé. De l’analyse, de la mise en contexte, du fond… Et pas seulement celui de la rivière!…

Accessoire textile accablant et inutile

Le 9 Janvier 2016

Enfin la « chose » était arrivée. C’était le 9 de ce mois de janvier. On en était encore à se désespérer. Charlie hantait nos consciences mal menées, quelque part rodait Montrouge oubliée et un hyper casher mal surveillé. Bref, on ne se sentait pas bien à célébrer cette nouvelle année qui ne finissait pas de mourir de son passé.

Mais le colis était enfin arrivé… Oh, colis c’est beaucoup dire de le désigner ainsi… Non, c’était une simple enveloppe matelassée…anonyme dans son envoi…or, anonyme en ces temps incertains où le voisin côtoie le voyou si ce n’est l’assassin, anonyme donc veux dire méfiance, suspicion, contrôle, radiographie, scanner et tutti quanti.

Décollée avec une méfiance patiente mêlée d’une attente impatiente, l’enveloppe livrait une boite transparente bourrée d’un tissu noir et blanc à l’aspect quelque peu nauséeux, guerrier et chassieux. Deux indications contradictoires appelaient à la circonspection, sinon à l’appel aux pompiers, car qui mieux qu’eux pour sécuriser une conscience carbonisée par l’air du temps. Il restait cependant ce sens du ridicule, ce sens du devoir, cet héroïsme incontournable qui fait les bravades et conduit aux faux pas irrattrapables.

Lire d’abord les deux cartels antagonistes qui désignaient l’objet et décider ensuite de ce qu’il conviendrait de faire. L’agressivité de l’un, lettres noires sur fond rouge, quelque chose d’anar, d’explosif, quatre mots, « accessoire », « accablant », «  textile », « inutile », quatre mots provocants qui incitaient dangereusement à tirer le tissu du paquet. Nous voilà bien pensâmes nous en un instant où explosaient dans nos têtes saturées les munitions de tant de guerres non déclarées. Mais il y avait cette mise en confiance sereine, invitante : linogravure, sérigraphie, tissu, avec un identifiant rassurant, Cros pourtant. Et puis, 130 exemplaires ! Et là quelque part, on était fier d’en être l’un des attributaires…encore que, méfiance…Fleur de cactus 2015 était-il inscrit. Déjà, c’était l’année dernière, l’année honnie, n’était-ce pas un clin d’œil pervers ? De plus chacun sait que le cactus cache le venin de ses piquants derrière l’explosion carminée de sa fleur éphémère…Enfin, on se disait des choses comme ça…

Précautionneusement, le téléphone portable à coté de la main, nous tirâmes le tissu qui se développa hors de sa niche plastifiée. « Damned ! », c’était une ceinture qui n’était pas de chasteté, une ceinture d’explosifs… Non, une ceinture factice d’explosifs. Enfin pas vraiment, une ceinture d’explosifs explosés. Le travail avait été fait. Les corps noirs s’étalaient à la terre, allongés, accroupis et tordus. Et bizarrement ils dégageaient une certaine sérénité, c’est-à-dire qu’ils nous parlaient, que derrière une certaine désespérance ils vivaient. Se ceinturer de cette ceinture explosive qui n’exploserait plus jamais mais qui brusquement se teintait d’hommes rampants, venus d’une autre marée, glissants sur la grève mouillée d’une terre inutilement espérée…Oui, ils venaient là, que pouvaient-ils y faire, que pouvait-on faire ?…. Que pouvait-on se dire en ce début d’année où l’imprévisible côtoyait le désir de vivre.

Piotr

Ca hurle dans l’escalier!

vauzelle TB

Bernadette et Thierry Chanteraud ont installé dans leur magnifique intérieur de la Vauzelle, près de Limoges, un de mes panneaux gravés à la tronçonneuse. Le contraste est audacieux entre le raffinement de leur décoration et la rudesse de l’expression des personnages mais l’assemblage fonctionne plutôt bien. Merci à eux pour la confiance… Si d’autres veulent essayer, je prends les commandes!…

En passant par Noailhas

noilhas

Noailhas, c’est un hameau au sud de Limoges où mon ami Jean Paul m’a permis de squatter une grange afin de donner un abri sûr à quelques uns de mes panneaux gravés à la tronçonneuse. Thierry, de dos sur la photo, un autre ami limousin, avait manifesté depuis longtemps le désir d’en acquérir un. Alors hier matin, nous avons ouvert les portes de la grange et sorti quelques unes de ces images dont j’avais pour certaines, oublié l’existence… Et Thierry a semblé trouver son bonheur…

Accessoire textile…

accessoire

L’assemblage des 650 pièces de tissu est terminé. Les 130 accessoires textiles confectionnés à Albi pendant 4 jours sont insérés dans leur luxueux boîtiers, prêts pour l’expédition…

Atelier clandestin

couture

couture2

Pour le projet « Accessoire… », j’ai imprimé 650 pièces de tissu en sérigraphie qui doivent être assemblées 5 par 5 de manière à constituer une longue image panoramique. L’atelier clandestin d’Albi (Tarn) auquel Servane et Laure (ma mère) prennent une part décisive consiste à ajuster chaque bande de tissu et à les coudre entre elles… 4 jours de boulot! Merci à vous deux!