Pier-2 Kaohsiung #42

publié le 27 novembre 2019

Les 4 blocs constituant La légende des 369 pixels sont terminés et assemblés pour la première fois. C’est lourd, très lourd à bouger!… Il faut être au moins 4 pour pas se tuer le dos ou se faire écraser par la bête! Dimensions 3mx2,7mx3m.

Pier-2 Kaohsiung #41

publié le 26 novembre 2019

Impression de l’étude pour la gravure de « La légende des 369 pixels ». Cette image sera aussi celle du carton d’invitation à l’expo de fin de résidence.

Pier-2 Kaohsiung #38

publié le 21 novembre 2019

La légende des 369 pixels

Ce soir là, Adan et son frère Tapiwulan rentraient de la chasse. En arrivant à Alangyi, le village qu’ils habitaient, ils se retournèrent pour jeter un regard vers les montagnes environnantes qu’ils aimaient et connaissaient si bien.

Au sommet de la plus haute d’entre elles, ils virent s’élever une étrange fumée qui montait très droit dans le ciel. Ce n’était pas un incendie, il n’y avait pas de flammes. Ce n’était pas quelqu’un qui cuisinait, ils n’avaient croisé personne de la journée.

Intrigués, ils décidèrent de retourner sur place et trouvèrent un petit pot de terre d’où sortait une fumée blanche au parfum délicat.

Comme la nuit allait bientôt tomber, ils décidèrent de rentrer au village en emportant le pot.

Au matin quand ils se réveillèrent, le pot était toujours là où ils l’avaient posé la veille, dans la cour de leur maison. Une fumée parfumée sortait toujours par l’ouverture et Adan remarqua que quelques insectes tournoyaient au dessus avant d’entrer dedans mais qu’aucun n’en ressortaient. Tapiwulan, lui, ne portait pas tellement attention à la chose et préférait se préparer pour sa prochaine partie de chasse.

Deux jours plus tard, Adan remarqua que les insectes attirés par la fumée étaient plus nombreux à entrer dans le pot et que le pot lui même semblait avoir grossi. Son frère lui dit qu’il devrait cesser de boire du vin de riz et de s’occuper de ce maudit pot.

Mais une semaine était passée et Tapiwulan devait bien se rendre à l’évidence, le pot avait doublé de volume et un flot incessant d’insectes y pénétrait comme avalé par sa fumée.

Au bout de dix jours il avait atteint la taille d’une jarre et tous les insectes de la montagne, volant, rampant, sautant, semblaient se ruer vers lui en formant un tourbillon sombre au dessus d’Alangyi.

Quand Adan et Tapiwulan repartirent à la chasse au petit matin du quinzième jour, dès la sortie du village, il leur sembla pénétrer un monde inconnu. Plus rien ne ressemblait à leur forêt familière. Plus de chants d’oiseaux, plus d’araignées entre les branches, plus de vols de papillons, plus de rencontre avec le serpent aux 100 pas. Les insectes semblaient avoir tous disparu et avec eux, toute vie paraissait avoir déserté.

Inquiets et bredouilles ils rentrèrent chez eux et retrouvèrent le pot qui remplissait maintenant toute leur cour. Un épais nuage d’insectes flottait dans le ciel et cachait presque totalement la lumière soleil.
Que faire ?

Lorsqu’ils se réveillèrent le lendemain après une nuit de cauchemars, une surprise les attendait : Le pot avait tellement grossi qu’il s’était brisé. Adan et Tapiwulan découvrirent alors éberlués ce qui se cachait à l’intérieur : 369 pixels!

Il fallait s’en débarrasser au plus vite. Adan et Tapiwulan décidèrent de les transporter dans les profondeurs d’un grotte obscure où aucun insecte ne pourrait jamais s’aventurer. Ils demandèrent à un très vieux banyan d’y plonger ses racines pour les y emprisonner à jamais.

 

Pier-2 Kaohsiung #37

publié le 20 novembre 2019

Voilà le nouvel atelier dans lequel je travaille désormais à Pier-2. Un espace de rêve d’au moins 150m2. J’y construit une structure en bois que je graverai ensuite à la tronçonneuse. Ca s’appelle la « Légende des 639 Pixels » et c’est inspiré d’une légende du peuple aborigène Païwan… Bientot la suite…

Pier-2 Kaohsiung #35

publié le 18 novembre 2019

Ce matin, livraison du bois que je vais utiliser pour construire une structure à graver à la tronçonneuse. Projet final de la résidence qui fera l’objet d’une expo dans une galerie de Pier-2 puis d’une installation dans le parc voisin.

Pier-2 Kaohsiung #34

publié le 17 novembre 2019

Fin du deuxième jour de workshop avec les étudiantes de l’université Sun Yat Sen. De gauche à droite: Zoé, Debbie, Macy, Zoé, Harper, Fiona (enfin ce sont leurs prénoms occidentaux comme tout le monde s’en attribue ici lorsqu’il s’agit de s’identifier auprès de nous, non sinophones). On a fait des exercices sur polystyro-lino pour débuter, puis des impressions en noir et blanc, puis de la couleur, puis du bois et des formats de plus en plus grands… C’était intéressant de pousser peu à peu ces jeunes filles à libérer leur trait et de voir qu’au bout de deux jours elles avaient pris confiance dans les outils, dans la matière et dans leurs choix graphiques… Beaux moments partagés

Pier-2 Kaohsiung #33

publié le 16 novembre 2019

Workshop de gravure avec des étudiantes de diverses filières de l’université Sun Yat Sen de Kaohsiung. Ici Sabrina et Tina les organisatrices.

Zoé et son Mickey monster

Pier-2 Kaohsiung #32

publié le 15 novembre 2019

Workshop de gravure d’une demi journée à la KNUST (Kaohsiung National University of Science & Technology). 8 élèves très talentueuses à qui je n’ai pas eu l’impression d’avoir à apprendre grand chose… L’atelier s’est déroulé dans les locaux du Fablab de la faculté… Je n’en avais jamais vu d’aussi grand, ni autant d’imprimantes 3D au mètre carré!…

 

Pier-2 Kaohsiung #30

publié le 12 novembre 2019

Visite chez Etan Pavavalung, artiste aborigène qui nous reçoit dans son atelier et avec qui nous avons une longue conversation sur les mythe et légendes Païwan ainsi que sur la symbolique des bois gravés traditionnels.

En fin de journée, nous discutons au coin du feu avec Sakuliu Pavavalung (à gauche), le frère d’Etan qui est aussi artiste, très connu et très estimé à Taïwan. Il est en train de préparer une oeuvre pour le festival de conteneurs de Kaohsiung.

Pier-2 Kaohsiung #29

publié le 11 novembre 2019

Visite d’un parc ethno-touristique près de Pingtung. Ici l’intérieur d’une maison Païwan en pierre d’ardoise. Bon l’ensemble du parc est un peu artificiel mais comme plus aucun village traditionnel n’existe, c’est à peu près a seule solution pour avoir une idée de ce qu’était le mode de vie et d’habitat des aborigènes de Taïwan il y a encore 50 ans.

Décor d’une porte de maison Païwan. Le personnage, homme ou femme, on ne sait pas bien, tient un instrument de bois dans lequel on peut boire la même boisson à plusieurs simultanément.

Pier-2 Kaohsiung #28

publié le 10 novembre 2019

Visite du groupe des artistes en résidence Pier-2 à l’école de Padan à une heure environ à l’est de Kaohsiung. Aujourd’hui c’est journée portes ouvertes dans cette école où sont majoritairement accueillis des enfants des petites villes aborigènes environnantes. La journée est un peu spéciale parce qu’elle commence par une cérémonie traditionnelle célébrant le changement de saison et l’arrivée des moissons hivernales.

L’après midi chacun d’entre nous présente aux élèves nos travaux artistiques. Pendant toute la séance, je les vois qui prennent des notes le plus sérieusement du monde. A la fin, ils viennent vers nous et nous montrent les portraits qu’ils ont fait de nous, accompagnés des quelques caractéristiques qu’ils ont retenu de chacun. Pour moi 1: noir et blanc 2: gravure avec des aigles  3: un avion écrasé 4: raconter des histoires. C’est ressemblant à tout point de vue, n’est ce pas?!…

Pier-2 Kaohsiung #21

publié le 02 novembre 2019

Aujourd’hui, visite au festival des arts indigènes de Pingtung

Musique, artisanat, cuisine et land art. Je rencontre 4 sculpteurs venus de deux communautés différentes, Païwan (centre sud de l’île) et Amis (côte est).

Sous le chapeau, Etan Pavavalung, artiste de la communauté Païwan présente l’oeuvre qu’il à réalisée dans le cadre du festival.

Un des 4 Totems réalisés par Etan Pavavalung

Pier-2 Kaohsiung #18

publié le 30 octobre 2019

Après presque trois semaines, j’ai enfin trouvé la mer! Kaohsiung, c’est l’un des plus grands ports de conteneurs d’Asie mais jamais on ne la voit depuis la ville. En la cherchant on finit par la trouver en allant sur l’île de Cijin, accessible en ferry. J’ai pas résisté au plaisir de piquer une tête! Elle s’appelle la mer de Chine orientale et c’est bon!

Les croquis ci dessous n’ont rien à voir…

Pier-2 Kaohsiung #17

publié le 29 octobre 2019

Rencontre ce matin avec Mrs Yu, professeur d’arts plastiques au département « Indigenous studies » de l’université I Shou. Elle me fait découvrir la diversité et la vigueur des créations d’artistes contemporains taïwanais issus des minorités aborigènes. Chaque année a lieu une exposition de leurs travaux sous le titre Pulima. Pulima ça veut dire dextérité, ou créer avec les mains en langue Païwan. J’apprends que Lima c’est aussi bien le chiffre 5 que le mot main…

Elle me confie gentiment le catalogue de deux des dernières éditions. Je découvre des oeuvres incroyables, parmi lesquelles des gravures sur bois

Pier-2 Kaohsiung #16

publié le 28 octobre 2019

Passage par la bibliothèque municipale de Kaohsiung, où je cherche des gravures taïwanaises de différentes époques. Difficile de savoir ce qui me passe sous les yeux, je ne trouve pas de légendes en anglais. Alors je me contente de la magie de certaines images parce que là, par exemple, Google trad me dit juste: « la forme du tigre blanc »…

Pier-2 Kaohsiung #15

publié le 27 octobre 2019

Samedi 26 et dimanche 27, les artistes en résidence à Pier-2 ouvrent les portes de leurs ateliers. Après seulement deux semaines sur place, j’ai pas encore grand chose à montrer. Mais les visiteurs sont au rendez vous et il se produit quelques rencontres intéressantes, comme cette jeune femme taïwanaise qui a passé quelques années en France et qui me dit:

-Vous êtes vraiment un artiste typiquement français…

-Ah bon pourquoi?

-Les français ont pour habitude de montrer la face sombre des choses. Ici à Taïwan les artistes produisent des oeuvres « cute », vous diriez « mignonnes ». Jamais ils ne critiquent ou tentent de délivrer un message. De déranger, de contester, de déstabiliser leur auditoire… Ce doit être « mignon »!

-Dois je le prendre pour un compliment ou pour une critique?

-Non, non, un compliment bien sûr!

S’ensuit une longue discussion sur qui est artiste et qui ne l’est pas, son rôle et blabla… Et puis je me remets au boulot

 

Pier-2 Kaohsiung #13

publié le 25 octobre 2019

Aujourd’hui, visite en banlieue lointaine de Kaohsuing en direction du nord, d’une usine de transformation du bois. On peut se fournir ici pour mes projets de gravure à la tronçonneuse. Le patron (chemisette verte) est un ami du père de Rachel (chemise bleue) qui est ma tutrice de résidence. Il est féru d’arts plastiques et veut nous soutenir. Alors il nous fait des prix défiant toute concurrence mais… les grumes qui sont débitées et stockées ici viennent du… Canada!… C’est très très moyennement écolo comme filière n’est ce pas? Difficile de vivre toutes ces contradictions!…

 

Pier-2 Kaohsiung #12

publié le 24 octobre 2019

On a trouvé une tronçonneuse en location dans Minzu road 1st. C’est le coin de tous les vendeurs-loueurs d’outillage. Une vaste caverne d’Ali baba pour toutes les formes de chantiers possibles.

Et dans Xingxing street, j’ai trouvé un vendeur de bois de palettes démontées. Il vend au kilo. La bote de 12 planches (+/- 2,5m2) fait 21kg. A 15 dollars taïwanais le kilo il y en a pour 315 NT$ soit environ 9€. Une bonne piste pour mes projets de gravure à la tronçonneuse…

Pier-2 Kaohsiung #10

publié le

Depuis la montagne aux singes (parait qu’y en a mais j’en ai pas vu la queue d’un) on voit la ville de Kaohsiung et son port.

La flèche indique une partie de la zone Pier-2, celle où sont situées les résidences d’artistes. Mais Pier-2 c’est beaucoup plus grand que cela. C’est un vaste ensemble de boutiques, galeries, cinémas, bars, restos, librairies  installées dans d’anciens docks, tout le long d’un des bassins du port (celui qu’on voit au bas à droite et derrière les grands immeubles tout moches du premier plan).

Pier-2 Kaohsiung #8

publié le 21 octobre 2019

Wunderful world. Contreplaqué gravé 1,4X1,1m.
Je suis parti d’une plaque récupérée d’une expo précédente qui avait eu lieu ici à Pier-2 il y a qques semaines. J’ai utilisé la forme telle qu’elle était: bizarre, sans aucun sens précis et je l’aie remplie… Pour une fois que le format n’est pas orthogonal!… Une chance!

Pier-2 Kaohsiung #6

publié le 19 octobre 2019

Gravure du nouveau matériau découvert ici à Kaohsiung (Taïwan). Une sorte de polystyrène à surface dure. C’est très, trop facile à graver! La gouge ne rencontre quasiment aucune résistance contrairement au lino et à plus forte raison au bois… Du coup il faut être très lent très précautionneux dans la découpe. Reste à tester l’impression!

Pier-2 Kaohsiung #5

publié le 17 octobre 2019

Tentative d’impression de Wunderful world, totalement ratée! La papier s’est déchiré, le bois avale l’encre, j’ai trop chargé mon rouleau… Le contreplaqué c’est vraiment galère! Je recommencerai avec du tissu, pour voir…

Pier-2 #4

publié le 16 octobre 2019

Nouveau matériau découvert dans un magasin de beaux arts à Kaohiung (Taïwan) : c’est une espèce de polystyrène fin dont la surface est assez dure. Le crayon ne s’efface pas toujours facilement mais le dessin est aussi aisé que sur du lino. Il faut juste ne pas appuyer trop fort pour ne pas « marquer » la surface. Je n’avais jamais vu ce matériau sous nos latitudes. Bon d’accord c’est de la grosse merde de plastique!!! Où ne va t il pas se loger?