Upo festival #9

Des visiteurs du parc Upo dans lequel se déroule le festival d’art dans la nature auquel je participe en Corée du sud, nous ont aidé aujourd’hui à préparer les assemblages de fines bandes de bambou dont on recouvre la structure de Diatom shelter. Une mère et son fils ont patiemment et scrupuleusement exécuté la tâche qu’on leur avait confiée, à l’abri de leurs ombrelles…

Hagi, qui m’aide depuis plusieurs jours, tient le cartel de l’expo…

Upo festival #7

 

La structure de Diatom shelter construite pour le festival d’Upo en Corée du sud est terminée. Au dessus, une photo de la ligature en fil de fer apprise ici qui permet de consolider la construction.

Les huit artistes (il en manque un sur la photo) participant au festival avons été conviés à présenter nos projets respectifs à un parterre d’officiels. Atmosphère très formelle, genre conseil de classe, mais plutôt sympa au final…

Upo #6

Hiroyuki Shinohara est un des artistes participant au festival d’art dans la nature se déroulant à Upo en Corée du sud près de Busan. Venu de Fukuoka au Japon, c’est un fin connaisseur du bambou. Sa technique apprise auprès de maîtres vanniers, consiste à découper de fines bandes puis à les refendre jusqu’à obtenir des lisses d’un ou deux millimètres d’épaisseur sur 4 mètres de long. Ce sont quasiment des fils qu’ensuite il tissera. Son seul outil est un lourd couteau très tranchant. Il passe ses journées assis, silencieux à réduire peu à peu le tas qui se trouve près de lui. Lorsqu’il découpe et refend, son couteau bute à intervalles réguliers sur les noeuds du bambou. Alternativement le couteau glisse puis tape. Ca crée un son très régulier, comme un horloge qui égrènerait le temps. Lui dit que les bandelettes qu’il fabrique sont des « time lines »… Belle image.

La construction de Diatom shelter se poursuit. Bambous découpés, puis cintrés puis attachés, inlassablement… Patiemment la forme se dessine…

Upo #5

La forme de « Diatom shelter » commence à se dessiner dans  le parc du festival Upo à Changyeong. Qu’est ce que « Diatom shelter » ? Un volume qui s’inspire des formes de certaines diatomées en se proposant de l’agrandir 1 million de fois. Petit rappel: une diatomée, c’est un micro organisme invisible à l’oeil nu qui vit dans les milieux marins et qui constitue le premier degré base de la pyramide alimentaire, l’aliment de base du plancton. A l’échelle 1, il mesure 1,5 micron. « Diatom shelter » mesurera 15m. Une tentative de rendre l’invisible, monumental.

Chris Lee un artiste de Taïwan nous a appris aujourd’hui à refendre le bambou d’un seul geste, enfin deux pour être précis. C’est très impressionnant. 1/ il faut faire une légère fente dans le sens du diamètre du tube à l’aide d’un couteau bien aiguisé puis agrandir la fente sur quelque 50cm en forçant sur les deux bords. 2/ Saisir les deux demi parties fendues et d’un geste sec écarter les mains. le bambou s’ouvre en deux morceaux parfaitement symétriques sur plus de 5 mètres… Spectaculaire!

Upo #4

La construction de la structure de « Diatom shelter » avance à grands pas. Faut dire qu’aujourd’hui nous étions 5 sur le chantier. Chungu (veste noire cheveux longs) est venu nous aider. Gentil et super efficace malgré la barrière de la langue. Derrière lui, au fond, ce n’est pas la tour de contrôle de l’aéroport local qu’on voit, mais un gros oignon en béton érigé en référence à la plante potagère cultivée alentour…

Upo festival #3

Aujourd’hui, les choses sérieuses commencent. Début de la construction de la structure en bambous après une cueillette dans une forêt voisine. Je n’avais jamais vu des bambous d’une telle longueur: une quinzaine de mètres de haut et parfaitement rectilignes. Trois assistants impromptus autant qu’efficaces m’ont prêté la main: un couple de Bascos-néozélandais (Naté et Sam) et Mme Mook. Ils ont creusé creusé dans la terre et dans la bonne humeur. Merci à eux…

Upo festival#2

Monsieur No est venu aujourd’hui me montrer comment utiliser la paille de riz. Ressource inépuisable dans cette région et à cette saison puisque la moisson a eu lieu récemment. On peut en faire de cordes, des ficelles (pour les semelles de chaussures), des vêtements de pluie, des chapeaux et bien sûr comme partout dans le monde des couvertures de toits. La rapidité avec laquelle Mr No tresse est impressionante, et ça donne des idées…

Upo festival #1

Après une escale à l’aéroport de Shanghaï, arrivée aujourd’hui dans les wetlands d’Upo, zone humide très sauvage au nord ouest de Busan en Corée du sud, où va démarrer demain le chantier du festival d’art dans la nature. Pour créer le volume que j’ai prévu de construire, je vais travailler pour la première fois une matière nouvelle: le bambou… Surprises

UPO festival

Le festival d’art dans la nature de Busan va débuter fin octobre. Je m’y rends dans quelques jours pour y prendre part. Ca se passe dans le sud de la Corée du Sud…

Poireau céleste #8

Le « Poireau céleste » est éclairé de l’intérieur par 15 LEDs  alimentées par un panneau solaire. La lumière pulse comme une lente respiration (commandée par une carte Arduino). Merci à Jérôme Combes qui a mis au point le système. Visible pendant trois heures chaque nuit à partir du coucher du soleil…

 

Poireau céleste #7

Le Poireau céleste que j’ai construit avec Paul Dubois pour le « Sentier des arts » de la région Royan Atlantique à Mornac sur Seudre est terminé. 20 mètres de longX2,50m de haut. Il sera visible pendant deux mois, y compris de nuit… Pour se rendre sur place, retrouvez toutes les informations ici. Il y a une vingtaine d’autres oeuvres à découvrir dans la nature aux alentours…

 

Poireau céleste #5

La construction du Poireau céleste se poursuit aux abords de Mornac sur Seudre en Charente Maritime, dans le cadre du « Sentier des arts » 2017. Aujourd’hui, sale temps! Mais quand le bois déroulé qui constitue l’enveloppe de l’oeuvre est mouillé, ses veines se révèlent. Les transparences sont plus intéressantes que lorsqu’il est sec. C’est une consolation non négligeable…

Le mauvais temps n’a pas arrêté Paul Dubois, mon assistant. Il a continué a poser les feuilles de bois sur la structure alors que j’installais l’éclairage intérieur… Lâchement au sec!

Poireau céleste #4

Début de la couverture en bois déroulé. Il y a 9 compartiments à couvrir. A raison de trois par jour, en combien de jours le travail sera t il terminé?…

Autour de nous, il y a des « claires » (bassins de maturation des huitres) qui se vident et se remplissent selon une logique impénétrable, des aigrettes qui passent en silence, des barques qui glissent sur les chenaux comme au milieu des prés et des marées qui rythment le temps… En dessous de nous, il y a une glaise grise, épaisse et collante et au dessus, un ciel tourmenté agité de nuages et de coups de vent qui charrient des averses aussi brutales que brèves…

Poireau céleste #2

Début de la construction d’un Poireau céleste en bordure des « claires » de Mornac sur Seudre à proximité de Royan avec l’aide précieuse, précise et efficace de Paul Dubois. Qu’est ce qu’une « claire »? C’est un bassin dans lequel on vient affiner les huitres dans de l’eau moins salée. Qu’est ce qu’un poireau céleste? Il faut attendre qques jours pour l’apprendre…

Première mésaventure du chantier: le fourgon s’est embourbé…

Poireau céleste #1

Chez Leroy industries à Magenta près d’Epernay, chargement d’une palette de bois déroulé de peuplier qui servira à la construction d’un Poireau céleste. Merci à Messieurs Gaillard et Clément pour leur accueil et à Aurélien pour sa dextérité…

O.V.

Maquette pour un projet de volume dans le cadre de la Ronde, manifestation qui se déroulera en janvier dans tous les musées de Rouen. Hauteur 3m, diamètre 4m…

Navet sidéral #10

dessin Jeremy

Jeremy, l’un des résidents de la ferme de Chosal m’ayant aidé à réaliser le poste de pilotage du Navet sidéral, m’a offert ce magnifique dessin. Le navet à décollé il est en route vers les étoiles…

Navet sidéral #8

navet 13

Hier samedi 24/09 avait lieu l’inauguration du Navet sidéral à la ferme de Chosal. Une bonne centaine de personnes ont tenté l’embarquement. Pour le moment il n’a pas décollé. Il est toujours là et vous pouvez passer le voir

Navet sidéral #7

navet 11

navet 12

Le navet sidéral est quasiment terminé. Le poste de pilotage est désormais opérationnel. Quelques dernières retouches à l’habitacle et ensuite… Cap sur les confins de la galaxie!…

Navet sidéral #6

navet 9

navet 10

Adrien, Nadine, Sandra et Gaëlle sont passés aujourd’hui nous aider à décorer le tableau de bord de la cabine de pilotage du navet sidéral. Le chantier avance, la couverture du navet est assurée par Samuel qui utilise du bois déroulé de peuplier fourni par l’entreprise Leroy industrie qui me soutient depuis deux saisons maintenant. Demain, si tout va bien c’est fini, et ensuite… décollage imminent!…

Navet sidéral #5

navet 7

navet 8

Aujourd’hui, poursuite de la construction du Navet sidéral de Chosal avec le concours des travailleurs de l’ESAT. Romain, Hugo, Edith, et Matthieu sont venus nous prêter main forte pour mettre la dernière main à la structure et commencer l’installation du poste de pilotage qui permettra aux visiteurs de décoller en navet spécial…

Navet sidéral #1

navet1

Nous voilà à Chosal, Samuel et moi pour construire un Navet sidéral sur le parcours de Land Art de la ferme de Chosal en Haute Savoie. La ferme de Chosal est un lieu qui accueille des travailleurs handicapés mentaux et qui met l’accent sur la collaboration entre artistes de passage et résidents. Pendant une semaine, nous allons donc construire un grand volume en bois dans une prairie qui domine la ferme. Ce sera un gros navet dont l’intérieur sera aménagé comme une navette spatiale. Navet ou navette? En tout cas on pourra y venir pour s’imaginer aux commandes d’un engin prêt à décoller pour un voyage… au moins intergalactique! Aujourd’hui, nous avons commencé à réaliser la structure intérieure…

Kogi n’est plus!

demont kogi

Hier démontage express de Kogi et des autres oeuvres de la manifestation A ciel ouvert de Riorges. Prochaine édition en 2018. Quelques heures auront suffi à faire disparaitre l’installation! Regrets? Rendez vous pour de prochaines surprises…

Kogi #12

Hier avait lieu l’inauguration de la biennale « A ciel ouvert » à Riorges. Une dizaine d’oeuvres à découvrir tout l’été dans la plaine de la Rivoire et le long du Renaison. Ci dessous « Open the box » du jeune et talentueux Sylvain Ristori et en dessous « Breath » de Bonggi Park artiste coréen de Pusan. Encore en dessous Kogi l’oeuvre que nous avons construite pendant deux semaines. Encore un grand merci à tous ceux qui y ont contribué: Bernard, Philippe, Jérome, Thomas, André, Samuel, Marion, Christian, Catherine, Servane… et aux prévenants organisateurs de l’évènement.

open the box

drops

kogi 18

Kogi #11

kogi15

Le chantier de « Kogi » s’est terminé aujourd’hui par l’installation du dispositif sonore conçu par Jérome Combes et réalisé par Marion Cros. On entre maintenant vraiment dans la tête d’un indien Kogi, physiquement et mentalement. Demain c’est l’ouverture du parcours d’art dans la nature de Riorges. Six oeuvres à découvrir jusqu’au 4 septembre…

Kogi #10

kogi13

La tête Kogi est terminée. Reste à l’équiper du dispositif lumineux et sonore qui permettra de la visiter la nuit et d’entrer vraiment dans la tête d’un indien Kogi. En attendant merci Samuel…

Kogi #8

kogi10

Aujourd’hui étape décisive, le modelage du nez de Kogi en bois déroulé… Pas facile de réaliser des formes plausibles à 32 fois la taille réelle… Samuel  (couché) semble perplexe face à son modèle…

Kogi #7

kogi9

Au son de la tronçonneuse, du compresseur, du cloueur pneumatique, de la clarinette et de l’accordéon, le chantier Kogi se poursuit. Ce week end, Christian et Catherine Molle, des amis ardêchois et Servane sont venus nous prêter main forte et nous encourager sur des airs de valse… Un chantier de rêve malgré la pluie!

Kogi #6

kogi8

Le chantier de construction de l’oeuvre Kogi est entré dans une nouvelle phase: l’habillage de la structure en bois déroulé de peuplier, à commencer par la partie la plus haute: l’oreille… A bon entendeur salut!

Kogi #5

kogi7

Fin de la construction de la structure de Kogi! La satisfaction du travail accompli se lit sur les visages réjouis de mes deux compagnons de chantier, Samuel et Thomas… Demain la suite…

Kogi #4

kogi6

Aujourd’hui suite du chantier Kogi avec Thomas et Samuel. Entre nef des fous et sierra de Colombie la tête Kogi commence à prendre forme. En tout cas le haut du crâne est assemblé. Reste le plus dur, l’expression du visage…

Kogi #3

kogi5

Poursuite du chantier Kogi… Un tissage inextricable de planches qui rendent encore la forme illisible… Il manque quelque coups de gomme pour qu’elle apparaisse…