Cent cinquante bougies

Il y a cent cinquante ans, paraissait Le capital de Marx. A l’occasion de cet anniversaire, la revue brésilienne d’histoire O Olho da historia va consacrer un numéro à cette célébration. Petite contribution à l’illustration de la revue sous la forme d’une linogravure allumée…

Archives de la zone

Archives de la zone mondiale édite des livres, des disques de la scène punk française des années 80 à 90. Paria qui anime cette maison d’édition m’a demandé de repenser son logo. Vous pouvez retrouver toutes les infos sur ses activités ici. Linogravure 25X25

Beaux lieux #4

Installation, avec l’aide de Laura, de panneaux gravés à la tronçonneuse à Beaulieu lès Loches près de Tours dans le cadre de la manifestation Beaux lieux. Nous avons placé 7 panneaux dans la ville qui sont autant d’onomatopées, de sons exprimés à la manière d’une bande dessinée en décor naturel. Suspendus, accrochés, ils proposent aux visiteurs des mini récits qui se déroulent au fil de leur déambulation.

Ne leur offre pas…

Non, je ne crois pas comme certains esprits délicats, que Macron et Le Pen ce soit la même chose. Non que j’ai confiance ou estime pour le personnage Macron et son programme, mais à cet instant il est d’abord impératif d’empêcher les fascistes d’accéder au pouvoir et AUX pouvoirs dans leurs plus intimes rouages. Barrage aux fascistes! Macron on s’en occupera après!… Que cette modeste image contribue à convaincre quelques hésitants!…

Accélérateur de tubercules

Croquis pour un projet d’Accélérateur de Tubercules. Sur le modèle d’un accélérateur de particules, il s’agit d’un tunnel en forme d’anneau dans lequel circulent des énergies invisibles particulièrement puissantes. Construit en bois, il permettra de comprendre le mystère pataphysique qui a conduit à l’apparition récente de légumes cosmiques…

(nous) #6

Linogravure 70X40, pour l’illustration de la couverture de l’édition du texte de la Ktha compagnie (nous). Sortie: avril prochain

Manguezal

manguezal

Manguezal, c’est le nom d’un grand restaurant de plage de l’île d’Itaparica. Il est voisin de la fondation Sacatar. Etant dans l’impossibilité de rapporter ce panneau gravé à la tronçonneuse à Paris, je l’ai donné à Luiz, le propriétaire dudit resto qui l’a installé face à l’une des entrées. Manguezal, ça veut surtout dire « mangrove » en portugais, une végétation très présente sur l’île et comme partout ailleurs dans le monde particulièrement menacée…

Cordel nouveau

grafica

Le cordel « Souvenirs tragiques d’un esclave fugitif » vient de sortir des presses de la grafica Ventoleste de Salvador. Bientôt dans les bonnes librairies! Je suis allé retirer les 150 exemplaires que j’avais commandé. Le résultat n’est pas complètement maîtrisé mais bon c’était important de tout produire au Pays du Cordel…

Une divine comédie

raul enfer2

Raul Seixas était dans les années 70/80 une icône du rock brésilien, une espèce de Jim Morrison qui a marqué plusieurs générations de jeunes dans le pays. Comme le chanteur des Doors, il est mort en pleine gloire à la suite des excès d’alcool et de drogue qu’il a commis. Elton Magalhaes, cordeliste bahianais a composé trois poèmes en hommage, à la fois à Raul Seixas et à Dante, en imaginant le rocker, successivement en enfer, au purgatoire et au paradis. Il m’a demandé de faire une xilogravure pour chacun. Ma première production de Cordel!…

Salvador verso

chantier rasputin

Loin des cocotiers et des plages exotiques de la Baie de tous les Saints, voici un autre versant (dans tous les sens du terme) de Salvador. Une des très nombreuses favelas que l’on trouve dès qu’on s’éloigne du centre. Elles sont immenses, accrochées aux pentes qui plongent vers la mer. Carlos Eduardo, un artiste rencontré lors de mon arrivée m’a emmené aujourd’hui dans le « suburbano » nord ouest. Sur un terrain hérité de son père, il est en train de construire une grande batisse dans laquelle il pourra organiser des cours d’art plastique pour les enfants du quartier, d’alphabétisation pour les adultes, accueillir des expositions, des concerts et… des fêtes. Projet titanesque qu’il mène seul, avec ses propres deniers. 11 ouvriers s’activent tous les jours pour le faire aboutir au plus vite.

rasputin2

Sacatar #11

diabo

Toujours dans l’idée de constituer un lexique visuel du cordel, je me suis essayé à la figure du diable (o diabo). Personnage récurrent comme dans « Le vieux qui trompa le diable » « Lampaio rencontre le diable » « La putain arrivant aux enfers », autant de titres qui font partie des classiques de cette littérature. J’ai essayé aujourd’hui une nouvelle essence de bois pour graver. Ca s’appelle le Gonçalvo Alvès, c’est pas idéal mais facile à trouver alors!…

Ci dessous la fondation Sacatar dans la lumière de fin d’après midi. A droite la porte d’entrée, au fond, mon atelier…

Parc

Sacatar #8

atelier MAM

vautours

L’atelier de gravure du Musée d’art Moderne de Salvador a deux avantages: le premier c’est d’être ouvert à tous, gratuit et animé par des profs très accueillants et bienveillants, le deuxième mais qu’il faudrait mettre en tête est, qu’à travers les ouvertures on entend le ressac des vagues qui viennent se briser contre le mur. Une plaisante berceuse pour travailler. J’y suis allé hier et j’ai fait deux tirages dont celui-ci. Une scène de combats de vautours dont j’ai été témoin l’autre jour sur la plage. Ils ne se disputaient pas pour une chèvre (ça c’est moi qui le rajoute) mais pour un gros poisson échoué… A moins qu’il ne soit question du commun des rapaces de quelque capitalisme triomphant…

Sacatar #7

cheval

Premier tirage à peu près présentable réalisé à Sacatar. Les petits points qui constituent le fond de l’image sont largement inspirés de certains des décors des bois gravés  du Nordeste. Cette constellation est tout simplement faite avec un clou.

Sacatar #6

P1080628

Rencontre hier avec Elton Magalhaes,  jeune et passionnant cordeliste bahianais. Cordeliste? ça veut dire auteur et éditeur de Cordels. Qu’est ce qu’un Cordel? un petit livret de 10X15cm photocopié sur du papier courant de 80g et dont la couverture est illustrée d’une image (traditionnellement une gravure sur bois).

A part ça quoi de particulier? Le texte qui peut aller de 16 à 64 pages est forcément en vers et répond à des codes très particuliers. Il faut savoir que les Cordels sont à l’origine, la transcription de poésies  de tradition orale, faits pour être déclamés en s’accompagnant d’instruments de musique très simples (guitare ou tambourin). Les ancêtres les plus anciens des cordelistes d’aujourd’hui sont les troubadours du Moyen Age, ceux d’Occitanie et du Portugal.

Elton, auteur de dizaines de cordels et professeur de littérature à Salvador de Bahia est intarissable sur le sujet: les thèmes abordés, les personnages récurrents, la versification, les auteurs marquants de cette « littérature des pauvres ». C’est du Nordeste que le Cordel est originaire et c’est là qu’il demeure le plus vivace. Il est pourtant présent dans tout le Brésil et dans d’autres pays d’Amérique latine.

Pour parler de la versification, il existe quatre modes très codifiés:Septiles: sept vers de 7 syllabes par strophe les 2ème/4ème/7ème riment entre eux et les 5ème et 6ème entre eux. Ca donne ça par exemple:

Mais un caso de cangaço/Eu pretendo registrar/Pra nao ser mais uma historia/Que o tempo teima em apagar/Ou deixar no esquecimento/E mais uma que apresento/ A cultura popular

Sextiles: six vers de 7 syllabes par strophe, rimes entre les 2ème/4ème/6ème. Les autres ne riment pas. Il y a aussi « Le martelo a galopado » (marteau au galop): 10 vers de 10 syllabes ou encore le « galopo à beira mar » (galop sur la berge): 10 vers de 11 syllabes dont le dernier de chaque strophe se termine invariablement par le mot « mar »…
Tout ça donne un rythme très singulier à ces poèmes. Quelque chose qui n’est curieusement pas si loin que ça du rap…

 

Sacatar #5

P1080624

Une image du décor quand même! Là c’est l’accès à la plage quand on sort de la fondation Sacatar. Au fond sur la partie gauche de l’image on voit un bout de la mangrove dans laquelle je trouve plein de richesses pour graver et imprimer: des bois flottés, des vieux bouts de tissu et des dizaines de vielles semelles… L’été est ent rain de s’installer et il commence à faire chaud, très chaud…

La cape d’Orféu

orfeu3

Orféu, c’est le nom du caniche de mes amis bahianais, Jorge et Sol, ils lui ont confectionné cette mini cape à partir d’un Tshirt portant une des images que j’avais gravées. Classe non?

Itaparica, encore un centre du monde!

P1080601

Sur l’île d’Itaparica au Brésil où a lieu la résidence à laquelle je participe, on peut voir ce curieux monument. Vous, européens, êtres tragiques, marqués par deux guerres mondiales, allez penser à un monument aux morts, en citoyens suréduqués à un musée d’art contemporain ou mieux en scientistes indécrottables à un point géodésique. Rien de tout cela, bande de crétins! il s’agit de l’une des trois portes sur Terre qui donnent son énergie au monde. On les ouvre deux fois par jour et hop voilà, ça marche! Trop fort non? Ca s’appelle l’Eubiose. Et les deux autres portes me direz vous? Il y en a une en Grèce et l’autre en Inde. De là, la vue sur la Baie de tous les saints est magnifique. Pour ça, ça vaut le détour…

Cordel

sacatar 5

Première rencontre aujourd’hui avec la littérature de Cordel que je suis venu chercher ici a Bahia. A la sortie du débarcadère de Salavador, là où  s’amarrent les barques qui traversent la baie, je suis tombé sur l’étal d’un cordeliste et repentista qui alignait une sérieuse collection de titres. Le cordel, ou literatura de cordel, ce sont ces livrets apparus au siècle dernier dans le Nordeste qui sont écrits en vers et qui racontent tout un tas d’histoires simples et populaires. Des contes moraux, humoristiques ou tragiques dont la couverture est systématiquement illustrée d’une gravure sur bois. Aujourd’hui donc, j’ai acheté « le voleur de poule », « le médecin chieur », « un enfant chasseur, « le corps dont la terre ne voulait pas » et « la mule qui mordit un garçon dans la rue des cordonniers »… Tout un programme…


Dedans dehors

binam bresil2

Comme promis aux détenus qui avaient participé à l’atelier gravure de la prison de Saint Maur, j’ai collé les affiches faites ensemble dans les rues d’Itaparica, Brésil. la date du concert approche…

Sacatar #2

sacatar 2

sacatar 3

Nous commençons à nous installer dans la résidence Sacatar sur l’île d’Itaparica dans la « Baie de tous les Saints » en face de Salvador, Brésil. Premier jour de résidence, nous (les 7 artistes réunis pour deux mois dans ce lieu) prenons peu à peu possession de l’espace. Une ancienne colonie de vacances en bord de mer a été transformée en lieu d’accueil et de travail pour des artistes de toutes disciplines. Une image de la cour centrale et de l’atelier dont je vais disposer pendant toute la période.

Sacatar #1

sacatar 1

Sur le ferry qui nous emmène de Salvador de Bahia à l’île d’Itaparica sur laquelle nous allons participer à une résidence de deux mois, de gauche à droite: Latasha auteure New yorkaise, Gabriella compositrice californienne, Uelinton, peintre brésilien de l’état d’Acre (nord ouest), Scott plasticien de Detroit et Virgilio, dessinateur venu de Brasilia. Manque sur la photo la septième résidente: Daisy auteure brésilienne qui est arrivée avant nous… Et moi qui tiens l’appareil!

Dedans dehors

beaubourg binamé

Dans le cadre des ateliers de gravure que j’ai animé à la Maison centrale de Saint-Maur pendant l’été, les détenus ont réalisé des affiches pour le concert de René Binamé (Punk rock belge) qui aura lieu dans la prison le 21 octobre prochain. On en a collé quelques unes dans Paris. Une façon de dire aux gens du dehors qu’il se passe des choses dedans. Des choses qui pour une fois, ne leur sont pas accessibles. Une façon de dire aux gens de dedans qu’un peu d’eux mêmes a franchi les murs et se trouve visible dehors…

Navet sidéral #8

navet 13

Hier samedi 24/09 avait lieu l’inauguration du Navet sidéral à la ferme de Chosal. Une bonne centaine de personnes ont tenté l’embarquement. Pour le moment il n’a pas décollé. Il est toujours là et vous pouvez passer le voir

Navet sidéral #4

navet 6

La construction du Navet sidéral a pas mal avancé. Un visiteur nous a même apporté un modèle  vivant, au cas où nos plans seraient déficients!  Belle pièce que Samuel, mon fidèle et précieux assistant, tient en main…

navet 5

Fin du deuxième jour de construction, la structure est quasiment terminée. La couverture et l’aménagement du poste de pilotage à l’intérieur, vont pouvoir commencer. Demain les travailleurs de la Ferme de Chosal viennent nous prêter main forte…

Navet sidéral #3

navet 3

navet 4

Lundi matin transport des matériaux sur le lieu de construction du Navet sidéral avec le concours de Marc. On achemine tout sur place avec tracteur et un curieux véhicule qui gravit les fortes pentes.

Navet sidéral #2

navet2

Poursuite des travaux préparatoires à l’installation du navet sidéral sur le parcours de Land Art de la ferme de Chosal en Haute Savoie. Aujourd’hui, jour de pluie ininterrompue, nous avons fabriqué les sièges de pilotage de l’engin spatial. Tout en récup’ et du costaud!…