Plus que 10…

publié le 23 février 2009

J’ai gravé la moitié de la palissade. Reste environ 10 mètres à faire. De la place pour un hélicon, une grosse caisse et quelques fifres… Hasta luego Luis!

La fanfare d’en face

publié le 22 février 2009

Au début j’avais pensé faire une scène de stupéfaction, une série de personnages sidérés par une vision d’effroi en train de s’effondrer les uns sur les autres (voir le billet « cohue »), puis au dernier moment -ou au premier d’ailleurs- j’ai décidé de faire des musiciens. Je me suis dit que pour les visiteurs d’un musée s’apprêtant à rencontrer un feu d’artifice d’oeuvres bariolées et libres, le fait d’être accompagnés dès leur arrivée par cette troupe tonitruante et silencieuse pouvait constituer une bonne entrée en matière pour la fête qui s’annonce dans ces lieux. Et puis voilà qu’heureuse coïncidence, en face de la palissade se trouve la maison d’un charmant couple de retraités dont le mari est un ancien saxo baryton! Le monsieur était tout ému d’avoir des « collègues » sous ses fenêtres…

La Palissade

publié le 18 février 2009

A Lapalisse, bourgade de l’Allier, il y a le château du marquis, comte ou j’sais pas quoi de noble ou qui prétend l’être, mais il y surtout le musée de l’Art en Marche. Magnifique collection d’art brut unique en France si ce n’est en Europe. C’est un peu à l’écart des grands axes routiers -à l’image de l’art brut lui-même maintenu à l’écart des autoroutes de la culture culturelle- et c’est un choc inoubliable. Luis Marcel, le maître des lieux, militant infatigable de l’art populaire contemporain, celui des marginaux, exclus, fous et autres autodidactes porte à bout de bras cette aventure de toute une vie. Il a décidé d’agrandir les surfaces d’exposition en créant un parc de sculptures en plein air clôturé d’une palissade de bois… Et c’est là que…. Tatata… Il m’invite moi et ma tronçonneuse à « scarifier » des planches qui ne demandaient rien. Tout a commencé aujourd’hui avec la fin de la construction de la clôture en compagnie de Raphael Minot, sculpteur du coin…

Homme libre…

publié le 04 février 2009

« Les citoyens étaient en prison pour que les prix fussent en liberté » (Eduardo Galeano, à propos des années de la dictature de Pinochet au Chili). Cité dans le livre de Naomi Klein La stratégie du choc (ed. Actes Sud) un limpide, très documenté et effrayant récit sur la montée du libéralisme économique à partir des années 70 dont nous payons aujourd’hui le prix fort.
Un des tours de force du capitalisme moderne et de la démocratie avancée ne sont-ils pas de nous faire croire que l’expression ultime et permanente de notre liberté est d’exercer tous les choix possibles… devant les gondoles de supermarché?

Projet d’affiche

publié le 18 janvier 2009

Le son n’a pas grand chose à voir avec l’image mais c’est un petit documentaire sonore réjouissant sur Jean Claude Bader, le sosie alsacien de johnny, Johnny? oui johnny! Le JOHNNY, mais oui vous savez bien, le sosie de Jean Phillipe Smet!!!

La grosse poilade

publié le 16 janvier 2009

L’année 2009 s’annonce comme celle de la plus grosse poilade depuis bien longtemps. Je sens qu’on va encore tous bien se marrer, quelle chance de vivre cette époque moderne!

Rayon frais

publié le 08 janvier 2009

Ca y est, c’est la gloire! je viens de signer un contrat exclusif avec Auchan pour la distributuion de mes produits non alimentaires. Demandez les au rayon frais entre les poulets et les lardons!..

Produit non alimentaire…

publié le 06 janvier 2009

20 grammes de rage et de mauvaise foi sous film étirable. Contenant 4 linogravures plus ou moins fraîches pour que « vivent nos espoirs et que brillent nos colères » avant la date limite de péremption… Disponible sous 24 heures. Règlement par paiement non sécurisé

Electromane

publié le 31 décembre 2008

C’est pas ma maison mais, c’est promis, quand j’arrête la gravure, je me mets à la guirlande électrique et rien à foutre si je fais péter le compteur! c’est tellement bon d’être vulgaire…

Joilleu Noyel!

publié le 25 décembre 2008

Je travaille dur de mes petites mains pour préparer les cadeaux. Si vous ne recevez pas le votre dans les 5 jours, réclamez au service marketing qui réparera l’erreur dans les 48 heures chromo

Singes aveugles et sourds

publié le 17 décembre 2008

Singes, oui encore des singes, mais je promets d’arrêter bientôt! Laissez moi jusqu’aux réveillons. Ils sont photocopiés sur du papier de boucherie, charcuterie, volaille, rotisserie… au format A4.
Au fait saviez vous que Beethoven était tellement sourd que toute sa vie il a cru qu’il faisait de la peinture? On fait quoi, nous?…

Connaissez vous Julie Doucet?

publié le 12 décembre 2008

« Doucet » on pourrait s’attendre à quelque mièvrerie avec un nom pareil, non chez Doucet y a que de la tendresse, celle qui confine à la cruauté… Certains prétendent que ce portrait me ressemble. Je m’insurge, je ne porte jamais de chemise à fleur et très rarement des shorts!

Rafle au BTS

publié le 08 décembre 2008

Le 17/11/2008 4 gendarmes accompagnés d’un chien d’attaque (à moins que ce soit le contraire) ont fait irruption dans une classe de BTS à la recherche de suspects! Ils y ont semé la panique, procédé à des fouilles au corps à la recherche de dangereux produits stupéfiants… Ils n’ont rien trouvé. Ils ont juste exprimé leur barbarie. Ci dessous le témoignage du prof. Ca glace! Si ça marche pas, vous pouvez l’écouter sur le site de « là bas si j’y suis » (france inter)
///html

///

du Son

publié le 29 novembre 2008

Dans les années 70, la Guinée a été le creuset d’une bouillonnante création musicale sous l’impulsion du président de l’époque. Cette compil qui vient de sortir fait revivre le son des années discothèque. C’est magistral, notamment le Bembeya Jazz National

///html

///

Pigalle?

publié le 26 novembre 2008

C’est le détail d’une linogravure de 40X50. Une scène de rue qui pourrait être à Pigalle. Au fait, vous connaissez sans doute l’expression: « Dieu est dans les détails »… Mais moi j’ai jamais vraiment su exactement si c’est Dieu ou le diable qui est dans les détails!…

Austral retour

publié le 23 novembre 2008

Après plus d’un mois de silence je reprends le blog.
Pour preuve et excuse de cette absence ci dessous une image du tournage que je viens de finir en Afrique du Sud. Nomonde Maxegwana, mère de famille qui vit dans un squatter’s camp de la banlieue du Cap répond a nos questions. Elle explique la précarité de sa vie: menaces d’expulsions, absence d’eau courante, électricité aléatoire et criminalité permanente… La « nation arc en ciel » gronde de sombres nuages. Le film s’appellera « Trois familles en Afrique du sud », il sera terminé début janvier et visible prochainement sur France 5.

Je reprends la gouge, la scie et le crayon, de nouvelles images arrivent avec l’hiver…

Diagnostic tac

publié le 06 octobre 2008

Je viens de vérifier tous mes systèmes extérieurs de défense, comme indiqué sur le schéma. Cils, ongles, paupières, crâne… tout est là! Et moi, contrairement au monsieur, ma mastoïdite s’est calmée. Tous les indicateurs sont donc au vert pour mon prochain départ en Afrique du Sud. J’y retourne demain pour le tournage d’un documentaire qui durera 3 semaines. Gravomane sera donc en jachère quelque temps pour mieux redémarrer bientôt avec de nouvelles images…

Ecorce et vifs

publié le 01 octobre 2008

Quelle est la cause de leur fuite? Y aura-t-il un « happy end » à cette poursuite infernale? Est-ce une scène tragique ou burlesque? Le visiteur est invité à parcourir ce cinémascope de planches et à imaginer quelques réponses possibles…

Le seul moyen pour garder une trace de la palissade que j’ai gravée dans le parc d’Auzette à Limoges en juillet dernier était de la filmer en travelling. Impossible d’en faire une photo générale lisible. Trop long (30 m) par rapport à la hauteur (2,30 m)!
Pour voir des détails de l’oeuvre, aller dans la rubrique « Galeries » et cliquer sur « Limoges 2008 ». Pour lire le journal de la création, aller dans « Archives » et cliquer sur « juin et juillet 2008 ».
Commentaires bienvenus…

Et maintenant, prions…

publié le 30 septembre 2008

Je me lève et que lis-je ce matin à mon grand soulagement dans la presse?
Qu’enfin le poste d’ambassadeur de France au Saint Siège est pourvu après des mois d’une insupportable vacance! Prions donc mes frères pour Stanislas Lefebvre de Laboulaye ce diplomate raffiné, ami personnel de Marie François René Galouzeau de Villepin qui va avoir la délicate mission de représenter ce qui reste des lambeaux de la fille aînée de l’Eglise auprès de sa sainteté notre bien aimé Pape Benoît. Amen!

La puntada!

publié le 25 septembre 2008

Une petite vidéo-souvenir de la gravure d’une palissade à Limoges en juillet dernier. Ca dure une minute. La chanson c’est un extrait de « La puntada » un corrido mexicain de Astrid Hadad (Album El calcetin, Discos Continental MECDD 2226, www.worldmusic.net) J’adorrrr!
Merci à Jean Paul qui a eu l’idée de cette petite animation
Avant, ce billet s’appelait « viva la muerte » j’avais fait une erreur politique impardonnable (voir le commentaire)

Et toujours simiesque

publié le 24 septembre 2008

Rentré de repérage pour un prochain documentaire en Afrique du Sud, il m’a fallu un peu de temps avant de pouvoir me remettre aux crayons. Ce qui vient ce sont toujours les singes… Peut être parce que j’en ai vu là bas et des inquiétants, des babouins qu’on les appelle

Tango fatal

publié le 25 août 2008

Gravure sur bois 35X45. Admirez l’aisance conquérante du mâle, l’abandon lascif de la femelle et la finesse du détail dans le collier de perles… (Putain que je me suis fait chier à les tailler une à une!!!). Départ demain en Afrique du sud pour la préparation du tournage d’un documentaire. Patience, gouges, tronçonneuses et crayons, je reviendrai, c’est promis.

Push!

publié le 22 août 2008

Pour le moment j’aime bien faire des croquis de singes. Je sais pas trop où ça me mène… Pas très loin des hommes en tout cas

Lui non plus ne sait pas trop où son geste le mène… et vous ça vous mène où?

Brève de comptoir

publié le 27 juillet 2008

Retour à la linogravure après de longues semaines d’infidélité pour cause de tronçonneuse, avec la préoccupation d’être plus narratif que percutant mais surtout de créer des profondeurs, d’étager les plans. Une chose avec laquelle je ne suis pas forcement très à l’aise. Ca se voit n’est ce pas?


(linogravure 2 couleurs 40X50)

Je me rends compte que dans cet aller retour entre les outils et les supports: tronçonneuse sur bois et gouge sur lino, la tronçonneuse m’aide plutôt à libèrer ma façon de traiter les visages, les volumes, les clairs et les ombres alors que la linogravure nourrit plutôt les thèmes, alimente les situations, les postures et les physionomies…
C’est bien sérieux tout ça, est ce bien intéressant? Il est temps que je prenne des vacances!